• Farida Le Suavé, Cap Carbon, 2020 / Courtesy de l’artiste © Farida Le Suavé - photographie : Anthony Girardi
    Farida Le Suavé, Cap Carbon, 2020 / Courtesy de l’artiste © Farida Le Suavé - photographie : Anthony Girardi
exposition - au frac
farida le suavé
19.06 - 22.08.21

L’exposition "Escape, de Chicago au Cap Carbon" propose une exploration des œuvres récentes de Farida Le Suavé qui s’inscrivent particulièrement dans un rapport de formes et de motifs qu’elle puise tout aussi bien dans un répertoire culturel universel que dans des aspects plus biographiques. S’y croise ainsi un motif de papier peint orange des années 70 puis le même revisité de couleur turquoise, qui évoque l’Algérie, terre natale de son père.

L’exposition est en partie le reflet de son parcours personnel qui la conduit entre 2012 et aujourd’hui à la découverte du territoire américain jusqu’aux paysages rocheux berbères à flanc de mer.
À la découverte de ces territoires correspond leur appréhension spatiale, culturelle, mais aussi leurs couleurs, formes, matériaux et objets populaires dont les œuvres se font les interprètes tels des passeurs. Ainsi, utilise t-elle la terre noire ou celle plus commune de la terre cuite orangée des pots de jardin dont elle propose ici un amas rocheux, mais aussi les motifs et sigles américains, berbères ou art déco.
Farida Le Suavé fait par ailleurs évoluer sa pratique de la céramique à l’aspect charnel et sensuel. Elle transpose notamment des motifs géométriques berbères propres aux tatouages, aux poteries ou aux peintures décoratives murales, sur des fragments sinueux de tesson et de sculptures onduleuses toujours dans cette continuité du rapport sensuel au corps.
La place du dessin prend corps désormais sur ses sculptures de céramiques, tels de vastes tatouages. L’ornement et le motif, traduits par le geste du dessin, épousent le modelage de la sculpture.

De ces territoires, elle a le souci du détail et du fragment. Dès 2020, elle exploite le potentiel esthétique de la céramique brisée et réalise une série de tessons pour lesquels la brisure sert le dessin et le motif, le guide et l’arrête. Isolés ou réunis, ces tessons opèrent le transfert de ce voyage « immobile » dans ce répertoire des formes et des motifs passeurs d’une histoire culturelle de l’humanité et des civilisations.

Dans cette exposition, il est également question du support et monstration de ses sculptures, une tentative de les associer sur un grand socle évoquant un motif familier de l’artiste, celui de l’instrument de musique berbère, la derbouka, cher à son père, source également de voyages et d’histoires. Les sculptures et tessons de céramiques s’y déploient et induisent un déplacement « temporel et géographique ».

 

Informations pratiques

Du 19 juin au 22 août 2021
Ouverture de l'exposition vendredi 18 juin à 18h

Au Frac Normandie - site de Caen
7 bis rue Neuve Boug l'Abbé
14000 Caen

Horaires d'ouverture
Du mercredi au dimanche de 14h à 18h
Fermé le 14 juillet

Entrée libre et gratuite

+

Dossier de presse

Journal d'exposition

B.A.-BA

 

Expositions

Jacques Julien, Senza fine (image de fond de scène d’après Philip Guston), 2020 © Adagp, Paris, 2021
exposition - au frac
jacques julien
29.05 - 19.09.21